Les différentes magies

Les Magies cérémonielles

Ce sont des procédures magiques de caractère symbolique ou liturgique obéissant à un calendrier astrologique précis et utilisant une panoplie d’accessoires souvent considérables.


La talismanie

Il s’agit de pratiques rituelles spécifiques à l’établissement ou la fabrication d’objets susceptibles d’avoir une action énergétique favorable sur des évènements survenant dans l’existence de leur possesseur.


La magie blanche

Sous cette expression ont été regroupées plusieurs opérations disparates, qui ont dans l’esprit populaire, un caractère religieux, mystérieux, magique, mais toujours bénéfique.


La magie noire

Il s’agit d’un amalgame de plusieurs techniques dont les mises en œuvre ou les finalités sont orientées vers des actions de nuisance ou employant des procédés sujets à caution (basse sorcellerie, magie des sacrifices, technique des sorts, envoûtement primitif).


Les magies religieuses

Elles constituent un groupe à part. Il ne s’agit pas réellement d’opérations magiques, mais d’une utilisation détournée d’un grand courant religieux.


La magie égrégorique

C’est sans doute l’une des techniques les plus fabuleuses des pratiques magiques. Peu connues, elles constituent un corpus tentaculaire dont on retrouve les applications dans la plupart des domaines métaphysiques et même dans la mystique.


La Goétie

C’est des formes les plus extrêmes des « arts noirs ». Il s’agit d’une magie cérémonielle de type évocatoire s’adressant principalement à des entités démoniaques.


La magie rouge

Ce terme désigne les magies sacrificatoires ou utilisant les vertus énergétiques d’appel universel du sang répandu. Inutile de dire qu’un véritable Initié ne s’abaissera jamais à ce genre de pratique.


La nécromancie

Elle appartient au groupe des magies noires. A l’origine ce terme désigne un procédé de divination par l’évocation des âmes des morts.


La théurgie

Elle mériterait le qualificatif de magie divine, ce qu’elle était à l’origine. Les opérations théurgiques consistent en une interrogation sur la nature de la création et une approche de la Connaissance du milieu divin.


La Kabbale

Bien qu’intégrée dans le contexte de l’ésotérisme, elle n’est pas réellement une discipline magique. C’est avant tout un outil de réflexion métaphysique, une discipline philosophique et théologique à vocation théurgique.


La sorcellerie

Elle se divise en deux courants principaux : la basse sorcellerie, plus ou moins diabolisée, et la Sorcellerie dite initiatique qui s’apparente à du chamanisme et qui n’a rien de diabolique.


Le chamanisme

Ancêtre direct de la sorcellerie, il a pratiquement disparu. La fonction sociale du chaman était d’être l’intermédiaire (le médium) entre le monde des hommes et celui des esprits.


La magie tellurique

C’est « presque une magie » en ce sens qu’il s’agit surtout de l’exploitation de forces naturelles qui sont à la portée de la plupart des gens. C’est l’art d’utiliser les potentialités des énergies de la Terre.


La magie sexuelle

Du point de vue de la psychanalyse, on serait tenté de dire que toutes les magies sont sexualisées; il n’en demeure pas moins que le fait d’inclure un acte sexuel dans un contexte rituel caractérise complètement la cérémonie en question.


La magie verte

Cette expression recouvre plusieurs techniques, les unes appartenant à la phytothérapie traditionnelle ou à l’homéopathie, les autres s’inscrivant totalement dans le contexte des pratiques magiques.


La spagyrie et la palingénésie

La spagyrie est une discipline très particulière, en ce sens qu’elle constitue la branche végétale de l’alchimie. C’est une base importante dans un grand nombre de domaines de l’ésotérisme : elle intervient dans la confection des charges talismaniques, dans la pratique des condensateurs et accumulateurs des magies religieuses et égrégoriques. Elle permet aussi la réalisation de certains extraits et élixirs destinés à l’énergie spirituelle et au développement des chakras ou à l’obtention de certains niveaux de conscience. La palingénésie, branche peu connue de la spagyrie, possède des ramifications proches de certaines pratiques de magie noire et de nécromancie. C’est la science de l’utilisation de cristallisations spéciales permettant de faire surgie les « esprits » des substances.


La magie des angles

Ou magie des Maîtres plieurs d’angles, devrait-on dire, est un domaine mystérieux dont très peu d’adeptes connaissent l’existence. C’est un des sommets de la haute pratique ésotérique.


Le Vaudou et la Macumba

Ce sont des magies récentes. On ne peut qualifier ces deux spécialités de magie à part entière du fait de leurs natures syncrétiques. Elles sont essentiellement axées sur les interventions sur le domaine matériel : protection, envoûtement, prospérité, dégagement, thérapie…